Vlaemsche Dichtkunst. In vier Zangen in heldenversen beschreeven, en verrykt met geschied- en letterkundige aenteekeningen, gevolgd door de Vlaemsche Prosodia

Portada
By Noos, drukker, 1842 - 267 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Contenido

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 78 - Là pour nous enchanter tout est mis en usage ; Tout prend un corps, une âme, un esprit, un visage. Chaque vertu devient une divinité : Minerve est la prudence , et Vénus la beauté ; Ce n'est plus la vapeur qui produit le tonnerre, C'est Jupiter armé pour effrayer la terre; Un orage terrible aux yeux des matelots , C'est Neptune en courroux qui gourmande les flots.
Página 135 - Sing, heavenly muse, that on the secret top Of Oreb, or of Sinai, didst inspire That shepherd, who first taught the chosen seed, In the beginning, how the heavens and earth Rose out of chaos : or, if...
Página 78 - D'un mot calme les flots, mette la paix dans l'air, Délivre les vaisseaux, des syrtes les arrache, C'est là ce qui surprend, frappe, saisit, attache.
Página 78 - Tout prend un corps, une ame, un esprit, un visage. Chaque vertu devient une divinité. Minerve est la prudence, et Venus la beauté. Ce n'est plus la vapeur qui produit le tonnerre; C'est Jupiter armé pour effrayer la terre. Un orage terrible aux yeux des matelots, C'est Neptune en couroux qui gourmande les flots. Echo n'est plus un son qui dans l'air retentisse, C'est une nymphe en pleurs qui se plaint de Narcisse.
Página 78 - Pensent faire agir Dieu, ses saints et ses prophetes, Comme ces dieux eclos du cerveau des poe'tes; Mettent a chaque pas le lecteur en enfer; N'offrent rien qu'Astaroth, Belzebuth, Lucifer. De la foi d'un chretien les mysteres terribles D'ornemens egayes ne sont point susceptibles...
Página 60 - J'en boirais moins que ne fait un moineau. Je tirerai pourtant de mon cerveau Plus aisément, s'il le faut, un rondeau, Que je n'avale un plein verre d'eau claire A la fontaine. De ces rondeaux un livre tout nouveau A bien des gens n'a pas eu l'heur de plaire; Mais quant à moi, j'en trouve tout fort beau, Papier, dorure, images, caractère, Hormis les vers, qu'il fallait laisser faire A La Fontaine.
Página 134 - Goddess, sing! That wrath which hurl'd to Pluto's gloomy reign The souls of mighty chiefs untimely slain; Whose limbs unbury'd on the naked shore Devouring dogs and hungry vultures tore. Since great Achilles and Atrides strove, Such was the sov'reign doom, and such the will of Jove.
Página 60 - Boileau , Le grand Corneille et le sacré troupeau De ces auteurs que l'on ne trouve guère , Un bon rimeur doit boire à pleine aiguière , S'il veut donner un bon tour au rondeau. Quoique j'en boive aussi peu qu'un moineau, Cher Benserade, il faut te satisfaire, T'en écrire un.
Página 78 - Qu'Enée et ses vaisseaux, par le vent écartés, Soient aux bords africains d'un orage emportés, Ce n'est qu'une aventure ordinaire et commune, Qu'un coup peu surprenant des traits de la fortune. Mais que Junon, constante en son aversion, Poursuive sur les flots les restes d'Ilion ; Qu'Eole, en sa faveur, les chassant d'Italie, Ouvre aux vents mutinés les prisons...
Página 12 - UitlacJit met een lodderoogh. Moeder zeit hy , waerom schreit ghy ? Waerom greit ghy op myn lyck ? Boven leef ick, boven zweef ick.

Información bibliográfica